NITRO CIRCUS

AVEC LES RIDERS DE L’EXTREME

Les meilleurs riders du monde, autant dire les plus fous, donnaient leur dernière représentation à Martigues, le 16 juillet 2016, après une tournée européenne de Nitro Circus : un spectacle drôle et sensationnel où on s’envoie en l’air avec des machines, même en fauteuil, pourvu que ça roulent.  Ce jour, j’étais de la famille des plus déjantés.

Reportage dans les coulisses de la plus importante scène de barges de la planète.

Backflip avec Remi Bizouard

De longue date, j’avais inscrit dans mon agenda, la date du 16 juillet. A Martigues, Nitro Circus, l’une des scènes les plus importantes de sports d’action du monde,  y donnait sa dernière représentation, après une tournée de six mois en Europe. Plus, le spectacle approchait, plus, je me m’étais dans la peau d’une blogueuse en quête d’une histoire peu ordinaire pour une débutante. Je décide de prendre contact. Mais par où commencer ? Comme ça se passe à Martigues, je décide de téléphoner en premier lieu, à la mairie… qui m’oriente vers le stade Turcan où se déroule le spectacle… qui m’adresse au régisseur et producteur local. Je fais mon petit bonhomme de chemin.

Au téléphone, on m’invite à envoyer ma demande à l’attachée de presse, Morgane. Je m’y emploie aussitôt. Le lendemain, je reçois ce mail : « Malheureusement, ce ne sera pas possible de répondre favorablement à votre demande. En effet, la production privilégie les médias déjà bien établis ». Mon cerveau turbine pour trouver un plan B. Si je ne peux pas emprunter la grande porte, j’entrerai par la fenêtre. Je rappelle, j’insiste mais rien n’y fait…

Mais, le miracle tient toujours à la sincérité des sentiments. Alors, le surlendemain, que sera ma surprise en ouvrant à nouveau mes mails : J’ai insisté auprès de la production qui me demande les questions que vous souhaiteriez poser dans l’éventualité où une interview avec le rider Rémi Bizouard serait possible. Et voilà, le travail, j’ai décroché mon passe partout. L’impossible, n’existe pas.

De la famille du Nitro Circus

Avec mon accréditation, je serai aux premières loges du spectacle. Accompagnée de Chloé, l’attachée de presse de Nitro Circus, je traverse les coulisses qui mènent sur le site. Flûte ! Je n’ai pas toujours le réflexe de prendre des photos. Les riders, au torse nu et lisse, tatoués jusqu’aux bras, qui attendent le kyné, auraient pu faire la une de mon article. Tant pis, Mesdames, ça valait le coup d’œil ! Promis, ce sera pour la prochaine fois. Je continue jusque sous une tente, pour rencontrer notre français, trois fois champion du monde de freestyle motocross. Cette fois, c’est Judith, femme de manager qui me prend en charge.

A peine arrivée, on me tutoie. L’ambiance est chaleureuse et bon enfant. Rémi Bizourad me dira : « Nous formons une famille ». On me sert un café et on m’installe à l’ombre, face à lui. Et c’est parti pour mon show. Avec mes 3 questions, je dois aller vite. L’athlète doit se préparer pour les entraînements.

J’avais vu les Nitro Circus sur Internet. En faire partie, c’est très positif et stimulant. La compétition entre riders donne l’envie d’être meilleur, de repousser les limites. L’ambiance est bonne et des liens se sont créés. Nous partageons la même passion. Il y a des suédois, des hollandais, ils mangent des hamburgers, plus des compléments alimentaires, nous on préfère la salade. C’est franchement rigolo.

Nous passons beaucoup d’heures ensemble pour les enchainements. Nous devons toujours nous adapter pour rouler dans des conditions, pas toujours idéales : 12° ou 35°, en cas de vent ou de pluie. Mais parallèlement, le temps passe trop vite.

C’est la 18éme représentation, la dernière. Nitro Circus a son public en France. Le show attire surtout les familles qui viennent avec leurs enfants. Maintenant que la tournée est finie, je vais réaliser des figures qui n’ont pas encore été faites et me préparer pour le prochain championnat.

Le plus important pour moi était d’arriver jusque là, de faire me premiers pas et de réaffirmer que rien n’est impossible quand le cœur y est.

Jusqu’au bout de mes rêves

Dans cette grande famille de fadas, j’ai choisi de vous parler aussi d’Aaron Fothermingham parce qu’il est un modèle de courage et de volonté. Paralysé des deux jambes, depuis la naissance, à cause d’une maladie invalidante, il prendra des ailes pour devenir le rider, Wheelz. C’est après avoir réussi son premier double backflip, dans un fauteuil roulant, que dis-je volant, qu’il sera invité, à rejoindre, en 2010, le Nitro Circus. En véritable casse-cou, son père disait de lui, que même bébé, il voulait toujours faire comme tout le monde et ses nombreuses chutes, ne l’empêchaient pas de recommencer. Il s’imposera, mondialement, en athlète de l’extrême et sera aussi une source d’inspiration pour les jeunes à mobilité réduite, qu’il rencontre régulièrement pour leur communiquer sa joie de vivre. Sa jovialité en fait le chouchou des enfants. Voilà ce qu’il dit : « Je ne pense pas à ça comme sport, je pense à ça comme une manière amusante de vivre ma vie ».

Alors ? Je vous disais bien que l’impossible, n’existe pas sauf pour ceux qui n’y croient pas. Quant à moi, dans tout ça, je prends mon envol ? Et vous ? Qu’attendez-vous ?

NITRO CIRCUS

http://nitrocircus.com/fr/about/

Voir aussi
Nitro Circus, the movie
Les saisons sur MTV

Logo Nitro Circus

Pour connaître les dates et les infos pratiques, consultez régulièrement l’agenda des évènements du blog.